La dame sans camélia

La dame sans camélia (La signora senza camelie) (1953) (101mn) de Michelangelo Antonioni

la-dame-sans-camelia-afficheVendeuse à Milan, Clara Manni découvre le milieu cinématographique par hasard. Sa beauté lui vaut un succès facile dans les films érotiques. Mais la jeune femme, sans scrupules, a des projets bien plus ambitieux en tête. Afin de les concrétiser, elle accepte d’épouser un producteur qu’elle n’aime pas…

La Dame sans camélia est le deuxième des cinq premiers longs métrages d’Antonioni, ceux que l’on appelle parfois « Antonioni avant Antonioni ». Comme pour le précédent, il s’agit d’un portrait de femme qui ne parvient pas à s’affranchir de la tutelle des hommes pour prendre son destin en main. Le milieu est cette fois celui du cinéma où la beauté de Clara, alliée à une certaine fragilité, l’enferme dans un schéma où elle restera sous l’emprise des hommes (destin qui n’est si éloigné de celui de Lucia Bosé, l’actrice qui l’interprète). Par ces aspects romanesques, La Dame sans camélia peut paraître assez conventionnel mais son traitement par Antionioni, sans atteindre la perfection formelle de ses films ultérieurs, lui donne une certaine force. Dans de très nombreuses scènes de tension, Clara est presque muette, ce sont les hommes qui gravitent autour d’elle qui se dévoilent.

Avec Lucia Bosé, Gino Cervi, Andrea Checchi


A lire :

Télérama

cineclubdecaen.com


Droits : Tamasa Distribution

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s