Le lit conjugal

Le lit conjugal (Una storia moderna – L’ape regina) (1963) (90mn) de Marco Ferreri

le-lit-conjugal-afficheAlfonso, célibataire nonchalant, décide à quarante ans de se marier. L’un de ses amis, le père Mariano, lui présente une charmante et pieuse jeune fille, par ailleurs sa cousine, Regina. Alfonso et Regina se plaisent, s’aiment et se marient. Alfonso entre ainsi dans une famille sans homme, où il est salué comme le sauveur de la lignée. Mais sous ses dehors sages et pieux, la jeune femme se révèle dotée d’un tempérament de feu et d’une libido insatiable, qui éreintent rapidement son mari. On aurait pu penser que la phase d’insatiabilité sexuelle de sa jeune épouse aurait dans un premier temps davantage réjoui Alfonso qui tombe bien vite dans la lassitude puis le renoncement. Inquiet de sentir ses forces décliner chaque jour, il s’en va consulter le père Mariano, qui l’avertit en toute amitié : il ne peut en aucun cas se soustraire au devoir conjugal. Alfonso, croyant se ranger en épousant une jeune femme rangée est devenu le jouet de celle-ci et de sa famille qui ne voient en lui qu’un outil utile à la procréation.

« Ferreri porte un regard acide sur la place réelle du macho italien au sein du couple, qui se leurre le plus souvent sur sa domination de façade, cette constatation pouvant d’ailleurs s’étendre à beaucoup d’autres pays. »

Avec Ugo Tognazzi, Marina Vlady, Walter Giller, Ricardo Fellini, Linda Sini


Critiques:

Allociné

senscritique.com

chroniqueducinephilestakhanoviste.blogspot.com


DroitsTamasa Distribution

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s